Taxidermie

La taxidermie est l’art de donner l’apparence du vivant à des animaux morts. Le métier correspondant est celui de taxidermiste ou empailleur.



Technique

Le principe de la taxidermie consiste à construire une structure ou squelette sur laquelle on reconstitue les formes de l’animal. Cette reconstitution se faisait initialement en paille, d’où le terme d’empaillage pour désigner l’opération. On parle aussi de naturalisation. La peau de l’animal est ensuite posée par-dessus et ajustée, après avoir été tannée et protégée par des agents chimiques divers.

Pour restaurer au mieux les caractéristiques de l’animal et rendre le plus réaliste possible la reconstitution, on utilise des yeux de verre et d’autres artifices pour certains organes qui ne peuvent pas être conservés chimiquement, comme par exemple la langue.



Le dépouillage

Il consiste à retirer la peau de l’animal. Cette étape a lieu le plus tôt possible après la mort de l’animal, avant qu’il ne soit abîmé. La peau doit être décollée avec soin de la chair, puis la moindre parcelle de chair, de graisse ou d’os restante doit être grattée. Ceci garantit que des organismes nécrophages ne s’installent et détruisent le travail une fois celui-ci terminé, voire ne contaminent d’autres réalisations à l’intérieur de la collection.


Le tannage

L’objectif du tannage est à la fois d’assouplir la peau en vue du montage, et de la protéger chimiquement, en la rendant imputrescible, contre les agressions d’agents biologiques (bactéries, champignons, insectes) qui pourraient s’en nourrir.

On trempe la peau dans différents bains chimiques, dont la composition est étudiée pour préserver ses caractéristiques physiques et son aspect. Un graissage termine l’opération en redonnant la touche de souplesse finale à la peau traitée.


Le mannequin

Ils permettent de reconstituer la forme générale de l’animal dans une posture donnée. Initialement de bois et de paille, leur composition a évolué vers une structure interne en mousse d’uréthane. Ces moules (en mousse d’uréthane), plus légères et faciles à retravailler en fonction du gabarit de l’animal traité, sont apparues sur le marché, produites en série et couvrant une large gamme d’animaux et de postures.


Le montage ou le moulage

La peau est enfilée sur le mannequin, éventuellement enduit d’une graisse pour faciliter le montage. En général, de petites retouches sont nécessaires soit sur la peau elle-même, soit sur les formes du mannequin, avant la couture finale. Il est aussi possible d’effectuer de derniers travaux pour parfaire l’aspect de la peau ou du pelage (ou du plumage) : séchage, brossage, peinture…et montage des yeux.